Interviews

Et vous comment faîtes vous avec vos ados ? #1 Interview d’Estelle

Comment font les autres parents pour gérer les copains, les écrans, les devoirs, les sorties etc… avec leurs ados ? 

Quel parent ne s’est jamais posé cette question ? 

Pourtant, il n’est pas toujours facile pour un parent d’évoquer, avec son entourage, les difficultés qu’il rencontre avec son ado.

La peur du regard des autres, la peur d’être perçu comme un « mauvais » parent ayant « raté » quelque chose dans l’éducation de ses enfants peut nous dissuader d’échanger.

C’est dommage parce que je suis convaincue que l’expérience des autres est enrichissante.

La vie de famille est un véritable laboratoire et nous sommes nombreux à tester différentes choses pour vivre en harmonie avec nos ados.

J’ai donc demandé à des parents d’ados de partager leur expérience, leur quotidien, leurs trucs… sous forme d’interview.

J’espère que vous trouverez dans ces interviews des réponses aux questions que vous vous posez ou des clés pour mieux vivre votre quotidien avec vos ados.

ET VOUS, COMMENT FAÎTES-VOUS AVEC VOS ADOS ?


Aujourd’hui c’est Estelle 54 ans, mariée et maman d’un garçon de 14 ans en classe de 3ème et d’une fille de 11 ans en classe de 6ème qui a eu la gentillesse de me raconter son quotidien avec ses deux ados. 


UAALM : Bonjour Estelle, peux-tu nous décrire comment est l’ambiance chez toi avec tes deux ados ?

ESTELLE : « Ça se passe bien, bien qu’avec les vacances qui approchent, ils se sentent fatigués et ils emploient un ton pas très agréable. 

Je me rends compte que mon garçon est en train de changer, il a besoin de plus en plus d’autonomie. »

UAALM : quelles sont les clés pour toi d’une bonne communication avec un ado ?

ESTELLE :  “répondre à ses questions, essayer de toujours expliquer les décisions. Mais aussi donner des axes et en cas de désaccord je reste sur mon axe.

Aujourd’hui mon fils à tendance à revenir sur les décisions.

Par exemple, il voudrait un tee-shirt de marque.

Je vais lui donner des arguments et il va revenir vers moi pendant 2, 3 jours.

Avant j’arrivais à le convaincre, à lui faire comprendre les choses, maintenant c’est plus difficile.

Donc soit je m’isole, je pars faire autre chose, soit il insiste et là je résiste, je ne lâche pas.

Je pense qu’à partir du moment où l’on décide quelque chose qui nous convient, il ne faut pas lâcher, il faut résister.

Quand un parent est hésitant, l’enfant va sentir du flottement et à mon avis ce n’est pas un cadre qui rassure. Ce n’est pas leur rendre service que de changer d’avis.

Alors c’est vrai qu’il faut prendre des décisions qui soient bien en cohérence avec ce que l’on pense comme ça c’est plus facile de résister.

Je pense aussi qu’il faut laisser apaiser les choses. Il ne faut pas devoir tout régler tout de suite parce qu’on peut être amené à dire des choses qu’on ne pense pas.

Parfois il faut laisser du temps, laisser mûrir les choses. 

Mon fils n’est pas très rancunier, ça passe, la colère ne reste pas.

C’est normal, c’est l’adolescence, il veut s’affirmer, c’est normal qu’il fasse ses choix.

Mais on ne peut pas avoir des solutions miracles à tout. Il ne faut pas non plus être wonder woman et palier à tous leurs besoins. 

On pourrait se dire “c’est bien, on les sécurise” mais finalement après ils ont l’habitude d’avoir des solutions toutes faîtes. »

Estelle m’explique qu’elle et son ado trouvent généralement un terrain d’entente qui prend en compte son besoin à elle et celui de son fils.

Par exemple pour le tee-shirt de marque :

« ça va être de l’occasion, ou vraiment un bon prix et surtout très peu. Il tourne avec peu de tee-shirt. Finalement il se rend compte que ça va très bien. Ce n’est pas la peine d’avoir trop non plus, si c’est vraiment ce qu’il veut mettre. »

UAALM : Comment gérez-vous les écrans à la maison ?

ESTELLE : « Nous n’avons pas de jeu de console à la maison.

Il y a 4 ans j’ai acheté une tablette que j’allume avec mon empreinte digitale donc je sais quand je leur donne.

Mon fils a un téléphone depuis la 5ème. C’est un téléphone de base avec un forfait minimum donc avec un accès très limité à internet s’il n’a pas le wifi.

Il l’utilise pour la musique mais ne joue pas en ligne.

On a énoncé une règle mais qui n’est pas toujours respectée : pas de téléphone après le repas du soir. 

Parfois il est avec son téléphone après le repas mais il est dans le salon au milieu de nous et c’est pour un petit quart d’heure.

Par contre, à la fin de l’été il est revenu avec une PS4 qu’il a acheté dans une brocante avec mes parents, sans notre accord.

 Et bien ce n’est pas évident de limiter son utilisation.

Alors j’ai pris le cordon d’alimentation et je l’ai caché !

Je savais à quelle heure il arrivait à la maison et moi j’arrivais 1h30 plus tard et il y était encore. Il devait y passer 2 heures.

Je trouvais que c’était trop et surtout après il était en retard pour ses devoirs. Il nous sollicitait à 20h30 pour l’aider et ce n’était plus le moment.

UAALM : comment l’a-t-il vécu ?

ESTELLE : assez bien, il ne l’utilise plus depuis 3 semaines et il ne revient pas dessus.

Il se rend compte que finalement ça lui prenait du temps.

UAALM : qu’est ce qui fait, selon toi, que ton fils n’a pas d’addiction aux écrans ?

ESTELLE : mes enfants n’ont pas grandi avec la télé. Chez nous la télé n’est pas dans la pièce à vivre , elle est à l’étage.

Et le fait de ne pas grandir avec la télé leur a permis de développer d’autres activités.

Ils ne s’ennuient pas, ils trouvent d’autres alternatives, ils sont très créatifs.

UAALM : Au sujet des devoirs à la maison, comment fais-tu ? quelle place prends-tu ?

ESTELLE : Je m’implique plus cette année, je me rends compte qu’ils ont des lacunes.

Avec mon mari on leur explique des notions en français, maths et anglais une à deux fois par semaine.

J’ai rapidement donné des méthodes à mon fils en 6ème. Je lui ai acheté des fiches bristol et je lui ai dit de noter la structure du plan en histoire géo avec les mots clés. Le fait d’écrire et d’avoir le squelette lui permet de bien mémoriser.

Ma fille se met volontier aux devoirs.

Mon fils a plus de mal. Il attend souvent que je rentre donc je démarre avec lui mais il est plus lent, moins efficace.

Il faut vraiment qu’il démarre et ensuite je l’aiguille.

Il faut que ça vienne d’eux quitte à ce qu’ils mettent du temps mais ça va venir.

UAALM : Avez-vous des rituels en famille ?

ESTELLE : Tous les soirs on se retrouve autour d’une histoire. Maintenant mon fils n’est plus avec nous mais je continue à lire pour ma fille.

On prend tous nos repas ensemble le soir et on discute pas mal.

J’aurais aimé qu’on passe plus de temps à discuter mais ce n’est pas toujours évident. On est beaucoup dans le partage de ce qu’on fait et beaucoup moins dans ce qu’on a ressenti.

Du coup, ils n’ont pas trop l’habitude de se livrer.

UAALM : Comment gérez-vous les sorties avec les copains ?

ESTELLE : C’est au cas par cas. Il n’y a pas de règle parce que pour l’instant ce n’est pas trop.

Ma fille est encore jeune et mon fils ne sort pas la semaine, ou alors de manière exceptionnelle. C’est surtout le week end qu’il rejoint ses copains.

Je me rend compte qu’il est moins souvent à la maison.

UAALM : en trois mots, quel conseil donnerais-tu as un parent d’ado ?

ESTELLE : Laisser une certaine liberté tout en étant à l’écoute de leur besoin.

Ils savent qu’ils peuvent nous trouver mais il y a aussi un cadre, c’est donnant donnant.


Je remercie Estelle pour l’authenticité de son partage et pour sa confiance.

N’hésitez pas à partager en commentaire, comment vous faîtes, vous, avec vos ados ! Qu’est ce qui fonctionne chez vous ? Et si vous souhaitez partager votre expérience et être interviewé n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour que je prenne contact avec vous

Si vous aimez, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *