orientation

Mon ado est perdu face à ses choix d’orientation #1

Les vacances sont terminées, nos ados retournent en classe et pour certains l’heure du choix d’orientation va bientôt sonner.

C’est un moment souvent stressant pour les familles. Et pour cause ! Comment choisir devant tant de possibilités ? Comment faire un choix qu’on ne regrettera pas ? Et quand on sait que 80 % des métiers de 2030 n’existent pas encore, comment choisir une voie sans savoir quelles compétences ces nouveaux métiers vont demander ? Enfin, quelle est ma place de parent dans ce choix ?

J’ai participé, cette année, au salon O21 « s’orienter au 21ème siècle » à Paris. Deux jours passionnants. Passionnants par la qualité des interventions des jeunes, qui viennent partager ce qui a été déterminant dans leur choix d’orientation. Je vous partage ici ce que j’en retiens.

Alors, que dire à un ado perdu face à ses choix d’orientation ?

Dans ce premier article vous trouverez les deux premières clés.


Clé n°1 : APPRENDS A TE CONNAITRE

Cela peut paraître banal, et pourtant, c’est par là que tout commence. Cela peut paraître simple, et pourtant, ce n’est pas si facile de bien se connaître.

Alors, concrètement comment on fait pour se connaître ?

Piste 1. Ecoute tes motivations

L’idée est d’inviter notre ado à s’écouter et à suivre ses motivations. Les motivations, sont LE guide.

Faut-il pour autant suivre sa passion ? Les intervenants ont répondu OUI si l’on souhaite en faire son métier.

Cela étant, tous relativisent en précisant qu’il est important de suivre sa passion tout en poursuivant des études pour :

  • avoir un plan B,
  • sécuriser son avenir ,
  • ne pas dépendre financièrement de sa passion car à terme il y a un risque que ce ne soit plus une passion.

Et puis, en tant que parent, nous avons besoin d’être rassurés : des jeunes épanouis « oui » mais en sécurisant leur avenir.

Nous avons besoin que nos enfants soient raisonnables dans leur prise de risque. Cela peut se concrétiser par un compromis (par exemple : le jeune se donne 3 ans pour réussir ou alors poursuit ses études tout en continuant de progresser dans sa passion).

Je vous propose une illustration concrète en vidéo du témoignage d’un jeune, Arnaud JERALD, ayant suivi sa passion tout en poursuivant ses études. Il commence aujourd’hui à vivre de sa passion.

Vidéo d’Arnaud JERALD – vice-champion du monde d’apnée – Dyslexique, Arnaud évoque une scolarité difficile. A l’école, il doit redoubler d’effort pour travailler, le regard des autres l’enferme et lui fait perdre confiance en lui . A l’âge de 7 ans, il découvre la plongée puis l’apnée. S’ouvre alors à lui, un nouveau monde qui lui permet de s’épanouir et de reprendre confiance en lui « c’est en faisant de l’apnée que j’ai commencé à respirer« . A 16 ans, à l’occasion d’une séance d’apnée en mer, il prend conscience que son rêve est de devenir apnéiste professionnel. Il comprend aussi que vivre de sa passion est un risque. Il poursuit donc ses études jusqu’à décrocher un BTS électrotechnique pour sécuriser son avenir et avoir un plan B. Petit à petit, il réussit à faire basculer sa passion du côté professionnel et aujourd’hui il commence à en vivre.

vidéo Arnaud Jerald

Et si mon enfant n’a pas de passion, de centre d’intérêt clairement identifié, qu’est ce que je lui dis ?

A ce sujet, le sociologue et professeur à l’Université Paris VIII, Fabien TRUONG explique dans cette vidéo qu « il faut se prémunir contre le mythe de l’injonction au rêve et à la passion. »

Alors concrètement, comment on fait quand on n’a pas de passion ?

Piste 2. Mets toi dans la peau d’un détective

Se mettre dans la peau d’un détective c’est suivre ses inspirations et se poser les questions suivantes :

  • Quel(s) sujet(s) attire(nt) toujours mon attention ?
  • qu’est ce que j’aime étudier ? en quoi suis-je bon ? à l’école mais aussi dans mes loisirs, dans la vie de tous les jours.
  • Qu’est ce qui me donne de l’énergie ? qui me fait perdre la notion du temps ?
  • Quel domaine m’attire ?
  • A quel moment ai-je ressenti de l’aisance ? me suis-je senti à ma place ?

Ma fille est au collège, c’est encore tôt pour faire un choix d’orientation. Pourtant, je commence à la questionner. Elle est passionnée d’équitation. Qu’est ce qui lui plaît exactement dans cette activité ? Il en ressort qu’elle aime prendre soin des autres (les animaux pour l’instant) et les challenges (le saut d’obstacle). On pourrait même ajouter le travail d’équipe parce qu’elle aime faire équipe avec son cheval pendant les concours de saut d’obstacle.

Je ne sais pas si cela l’aidera au moment de faire un choix d’orientation, mais ça lui permet déjà de se poser des questions essentielles et de commencer à se connaître.

Répondre à ces questions prend du temps, et surtout le plus important pour notre jeune détective est :

  • d’être attentif, tout au long de ses journées, de ses rencontres à ce qu’il ressent. N’oublions pas que le corps est un formidable messager. le cœur qui s’emballe quand on parle de tel sujet, un frisson qui parcours le corps quand on est avec ce type de personne sont autant d’indices qu’il est important de noter.
  • d’être le plus précis possible : dans quel contexte je suis ? avec qui ? dans quel environnement ? qu’est ce que je fais exactement ?
  • de NOTER. Noter dans un carnet, dans son téléphone. Le cerveau a tendance à oublier, il est important de noter pour pouvoir ensuite faire des liens.

Cette récolte donnera déjà de nombreux et précieux indices.

Se connaître est important. Pourtant, les jeunes n’ont pas toujours le temps et ne savent pas comment faire pour se connaître.

Depuis que mes enfants sont petits, j’essaie de noter ce qu’ils aiment faire, les sujets qui les attirent et sur lesquels ils posent beaucoup de questions etc… régulièrement je leur en parle, cela leur permettra peut être de mieux se connaître et de faire des liens.

Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour se poser ces questions !

Piste 3. Pour aller plus loin dans la connaissance de soi

Avoir recours à un coach scolaire, ou assister à des ateliers de connaissance de soi peut aider le jeune à identifier ses sources de motivations, ses centres d’intérêts et à faire des choix qui lui correspondent.


Clé n°2 : FAIS DES RENCONTRES

Il est normal, pour un jeune, de se poser des questions sur son avenir. Au fil du temps, au gré des rencontres (professeurs, amis, proches…) le chemin se fait, le choix s’affine. Il est urgent de ne pas trop presser les choses !

En effet, rencontrer c’est s’ouvrir à d’autres mondes, découvrir d’autres possibilités, d’autres façons de penser. Rencontrer c’est ressentir, créer des opportunités, provoquer la chance…

Comment faire pour rencontrer des gens, des professionnels ?

Piste 1. Parents, partageons notre expérience du travail

Nous pouvons commencer par partager notre expérience du travail : Qu’est ce que je fais précisément ? qu’est ce que j’aime dans mon travail ? Quel type de personne je rencontre ? Quelle satisfaction je retire de mon travail ?

Souvent, les jeunes ne savent pas en quoi consiste le travail de leur parent, et la seule image qu’ils ont, est celle d’un parent rentrant le soir fatigué de sa journée de travail.

J’avoue, mes enfants ont peut être cette image du travail parce que je rentre parfois si fatiguée que je n’ai pas envie de parler de ma journée avec eux. Pourtant, quelque fois, je leur parle de la fierté que je retire d’avoir trouvé une solution dans un dossier, du fait d’avoir eu un échange sympathique avec un collègue, ou encore, des remerciements d’un client pour le travail effectué.

Je suis convaincue que, la façon dont nous vivons nos journées de travail influe sur l’idée que nos jeunes se font du travail.

Alors, quand c’est trop compliqué pour nous, peut être peut-on demander à des membres de la famille de raconter leur expérience du travail.

Piste 2. Provoquons des rencontres

Provoquer des rencontres avec nos amis pour permettre à notre ado de discuter de son métier, assister à des journées portes ouvertes dans les entreprises.

Lors des rencontres invitons les à se poser les questions essentielles suivantes :

  • ai-je envie de travailler avec ce type de personne ?
  • est-ce un sujet qui me plaît et que j’ai envie d’approfondir, d’apprendre ?
  • qu’est-ce qui me plaît dans ce métier ? qu’est-ce qui me déplaît ?

Piste 3. Pour aller plus loin

Pour aller plus loin, et permettre à votre ado d’élargir d’avantage son cercle de rencontre, je vous conseille d’aller visiter le site JobIRL .

C’est une sorte de réseau social qui permet d’échanger avec des professionnels sur leur métier, de trouver des conseils (parcour sup’, orientation etc…), de trouver un stage.

J’aime particulièrement la recherche de professionnels par centre d’intérêt et non uniquement par métier.


CONCLUSION

Alors qu’est ce que je dis à mon ado perdu face à ses choix d’orientation ?

Et bien, vous l’aurez compris, la première chose que je lui dis c’est que, se connaître, est LA clé pour faire un choix d’orientation qui lui correspond.

Un jeune qui se connait gagnera un temps précieux.

Et puis, rencontrer des gens, discuter de leur métier, visiter des entreprises seront également de formidables opportunités pour lui permettre de sentir s’il a envie d’apprendre ou d’approfondir tel ou tel domaine.

Ces 2 premières clés devraient permettre à nos ados de commencer à tracer leur chemin.

Et vous, quelles sont vos ressources ? Quels sont vos bons plans pour aidez votre ado à mieux se connaître ou à faire des rencontres ? N’hésitez pas à partager vos bonnes idées, ce qui fonctionne pour votre ado, pour enrichir cet article.

Le salon O21 a lieu tous les ans, dans plusieurs villes de France, je vous encourage à y emmener votre ado ou alors à visiter leur site internet pour découvrir plusieurs vidéos inspirantes .

Rendez-vous dans le prochain article, pour découvrir les clés n°3 et n°4 pour accompagner votre ado à faire un choix d’orientation éclairé.

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à laisser un commentaire et à partager pour permettre à d’autres de découvrir ce blog.

Si vous aimez, partagez !

8 commentaires

  • Astrid de PartageTonBurnOut.fr

    Merci Stéphanie pour ces conseils précieux ! « Apprendre à se connaître » cela parait évident pourtant ce n’est pas enseigné aujourd’hui. Trop souvent nous conseillons nos enfants sur la base des matières dans lesquels ils sont doués. Et repoussons à plus tard le choix réel de la profession. Hâte de lire les articles à venir.

    • Stéphanie

      Merci Astrid pour ton commentaire. Oui, je suis convaincue que plus nos jeunes se questionnent tôt, plus ils apprennent à se connaître et plus ils feront un choix d’orientation éclairé !

  • maud Brefort Lix

    Un chouette article Stéphanie. Merci !
    Mes 3 grands de 21 ans, 18 ans et 15 ans ont choisi leurs études en fonction de leurs passions ou centres d’intérêt. Ainsi les 2 plus grands brillent de tout leurs talents. L’une dans le management hôtelier ( elle est en licence pro et fait son alternance au plaza Athénée) et l’autre en mécanique automobile sa passion de toujours. Il est actuellement en BTS en alternance dans une grosse concession. Le 3ème lui a choisi le lycée horticole et une 2d pro Gestion du milieu naturel et de la faune car il ne se voit pas vivre ailleurs qu’à la campagne et a des valeurs écologistes.
    Pour mes 2 garçons la scolarité a été difficile en raison de leur dyslexie. Mon conseil est de ne pas tout miser sur l’école. Quand l’école est une souffrance, la vie de famille, le sport et les activités culturelles et de loisirs doivent leur permettre de cultiver leur confiance en eux en attendant de pouvoir choisir leur spécialité.
    Ma petite dernière n’a que 8 ans, on verra bien… mais comme on étudie pas le bonheur à l’école, on le travaille à la maison.

    Je te souhaite de belle heures d’écriture sur ton blog qui est très précieux pour nous parents et pour nos jeunes. Merci.

  • Laetitia bracken

    Très bel article et inspirant. Ma grande passera le bac en juin et la question de l’orientation se pose aujourd’hui. Elle ne sait pas quoi faire et ton 1er conseil « se connaitre » est effectivement très important. Pas toujours simple à 17ans! Merci pour le lien de JobIRL. toute pépite est bonne à prendre.
    Bravo pour ton blog , dans l attente du prochain article.

    • Stéphanie

      Merci Laetitia pour votre commentaire. Oui ce n’est pas simple pour une jeune de se connaître et parfois, il peut être utile de se faire accompagner par un coach ou à l’occasion d’atelier « connaissance de soi » pour les ados. Merci pour vos encouragements !

  • Stephanie

    Merci pour cet article! Nous y sommes en plein dedans pour notre ado de 13 ans qui travaillait à la maison « pour avoir des bonnes notes » et du coup n’y arrivait pas… du jour où elle a compris qu’elle le faisait pour se construire une base pour un métier et non pour nous faire plaisir, tout est allé beaucoup mieux! Aujourd’hui elle rêve d’intégrer la Garde Républicaine montée car elle est aussi passionnée d’équitation mais aussi très « à cheval » sur les règles et attirée par la gendarmerie.. elle pense demander à intéger les cadets de la défense l’année prochaine en 3e pour voir l’armée de l’intérieur! Je pense que c’est à nous parents de relativiser l’importance de l’école qui n’est qu’un outil… Bon courage à tous ces ados en questionnement et leurs parents: ayez confiance en eux!!

    • Stéphanie

      Merci Stéphanie pour ce partage. Je suis fascinée par les jeunes qui trouvent une vocation assez tôt et qui ne lâchent pas ! Je suis certaine que cela contribue à les motiver tout au long de leur scolarité. Et bravo aux parents qui lâchent prise et qui font confiance ! ce n’est pas toujours évident… Belle route à votre fille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *