communication

Mon ado ne se met pas au travail qu’est-ce que je lui dis ?

Vous êtes désespéré(e) et inquiet(e) !

Votre ado passe son temps devant les écrans et vous ne savez pas comment l’inciter à se mettre au travail.

Quelle attitude adopter dans ces circonstances ?

On voit bien que s’énerver ne change rien et ne pousse pas notre ado à se mettre au travail de manière durable.

Alors comment faire ?

MON ADO NE SE MET PAS AU TRAVAIL QU’EST-CE QUE JE LUI DIS ?


Avant de s’intéresser à ce qu’on peut dire à notre ado, il est important de comprendre quelles raisons peuvent expliquer qu’un ado procrastine et ne se mette pas au travail.

1- POUR QUELLES RAISONS UN ADO NE SE MET PAS AU TRAVAIL ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène et la liste ci-dessous n’est pas exhaustive.

➤ La peur d’échouer et la peur du jugement des autres

Et oui, la peur d’échouer peut être à l’origine de la procrastination.

Jeanne Siaud-Facchin dans son livre “Mais qu’est-ce qui l’empêche de réussir” nous explique le processus :

Le jeune se dit « Tant que je ne travaille pas je peux maintenir l’illusion que si je m’y mettais, je réussirais. »

Ne pas faire, c’est ne pas prendre le risque de l’échec. C’est une forme de protection de l’estime de soi.

Cela pourrait être résumé de la manière suivante :

Je ne travaille pas → j’ai une mauvaise note → normal, je n’ai pas travaillé.

Je travaille → j’ai une mauvaise note → normal, je suis nul.

 ➤ Le manque de motivation

L’ ado peut manquer de motivation.

Pour comprendre les 5 secrets de la motivation je vous invite à lire l’article “Mon ado n’est pas motivé, qu’est-ce que je lui dis ?

➤ Un état dépressif

L’ado n’arrive pas à se mettre au travail car il n’a plus d’envie, pas d’entrain. L’état dépressif nécessite de consulter un spécialiste thérapeutique.

➤ Le besoin de liberté

L’ado a dû mal à faire ce qu’on lui impose. Par exemple l’ado n’a pas su dire non à ses parents pour faire cette option latin et maintenant il tarde à s’y mettre.

Ou encore il reporte sans cesse un exposé parce qu’on lui a imposé le sujet.

Enfin, il se laisse happer par le bien être immédiat (manger ou boire quelque chose, jouer, discuter avec un ami sur les réseaux sociaux).

➤ Une surcharge de travail

L’ado a tellement de chose à faire qu’il se sent débordé, il ne sait pas par où commencer.


2 . QUELLE ATTITUDE ADOPTER EN TANT QUE PARENT ?

➺ Première clé : la confiance

Il est important avant tout de vérifier que votre ado n’est pas en train de s’accorder un moment de pause après avoir travaillé ! Si votre enfant vous dit qu’il a travaillé ce n’est pas forcément un mensonge.

Le problème se trouve souvent dans le fait que le jeune et le parent n’ont pas la même définition du terme “avoir travaillé”.

Si pour vous avoir travaillé c’est être capable de se focaliser pendant au moins une heure sur son travail alors que pour votre enfant c’est vingt minutes, forcément vous vous engagez sur un malentendu !

➺ Deuxième clé : l’empathie 

Parfois, quand nous ne savons plus quoi faire pour que notre ado se mette au travail nous sommes tentés de menacer.

“Tu as intérêt à te mettre au travail sinon……” ou alors “ ne compte pas sur ton argent de poche ce mois ci”

Nous pouvons aussi être tenté de jouer sur la culpabilité.

“ Comment peux tu te comporter de la sorte alors que nous travaillons dur pour te payer tes études”.

Dans ce type de situation l’ado peut se soumettre et donc se mettre au travail pour faire plaisir, ou pour éviter une punition. Et dans ce cas il se mettra au travail mais sans engager toutes ses capacités.

Ou alors l’ado va se rebeller et se renfermer. Dans ce cas, non seulement il ne se mettra pas au travail mais en plus la relation sera rompue entre lui et le parent.

Etre empathique c’est d’abord écouter son ado.

Qu’est-ce qui l’empêche de se mettre au travail ?

L’idée n’est pas de le bombarder de questions mais d’être engagé dans l’écoute :

  • en identifiant ce qui est important pour notre ado et pourquoi
  • en expliquant ce qui est important pour nous et pourquoi
  • trouver un moment pour réfléchir ensemble à une solution qui conviendra à tous les deux.

Ce dernier point implique souvent de faire un pas l’un vers l’autre et de lâcher un peu nos exigences, d’assouplir « nos règles ».

➺ Troisième clé : se mettre à la place du copilote et le laisser piloter

Dans leur livre La Discipline positive pour les adolescents Jane Nelsen et Lynn Lott nous expliquent que si l’on tente de faire faire à notre ado ce qui est le mieux à nos propres yeux, nous risquons de nous transformer en parent qui débite des discours, fait la morale et cherche à tout contrôler dans une posture d’autorité très verticale.

Là encore, en exerçant un contrôle sur le comportement de l’ado nous risquons d’induire une motivation extrinsèque qui sera fondée sur la recherche de récompense ou d’évitement de la punition.

Pire encore, l’ado pourrait renoncer à son processus d’individuation pour devenir dépendant de l’approbation de ses parents et des autres en général.

Le processus d’individuation est le processus par lequel l’ado explore ce qui le rend différent du reste de sa famille. C’est un processus important dans la construction identitaire du jeune.

Il faudrait donc réduire le décalage entre nos attentes de parent et la réalité. Adapter notre regard en sachant que l’ado d’aujourd’hui n’est pas l’adulte de demain.

L’idée est donc d’être copilote dans la construction d’un avenir qui leur appartient

Cela nécessitera de combattre notre aversion pour les imperfections !

➺ Quatrième clé : Faire en sorte que votre ado décide d’adopter de comportement désiré

Facile à dire me direz-vous !

Et pourtant, en lui donnant le sentiment d’être autonome, et libre de ses choix votre ado a plus de chance d’être impliqué dans son travail.

Cela nécessite de lui proposer des choix et de bannir les punitions et les récompenses.

Vous pouvez lui rappeler que tout dépend de lui. Qu’il est libre…de jouer, d’adopter le comportement requis pour avancer dans son travail, de trouver un équilibre entre loisir et travail. 

Cela est sous son contrôle personnel et vous lui faîtes confiance pour prendre les bonnes décisions.

Vous pouvez également lui dire que vous vous rendrez disponible s’il demande de l’aide mais qu’il est libre de gérer ses devoirs comme il l’entend.

Pour les parents , adopter une telle attitude est un véritable défi.



3. LES 6 ASTUCES QUI AIDENT A SE METTRE AU TRAVAIL

Voici 6 astuces qui peuvent aider jeunes et moins jeunes à se mettre au travail :

✼  Le laisser choisir le meilleur endroit qui lui convient pour travailler.

✼  Lui proposer de se détendre avec l’activité de son choix quelques minutes avant de se mettre au travail. Ça peut être mettre sa musique préférée à fond et chanter à tue tête et danser; Ou faire une partie de jeu vidéo de 10 minutes.

✼  Se dire “ok je m’y met 5 minutes”. Souvent, le simple fait de commencer à travailler incite à poursuivre au delà des 5 minutes.

✼  Faire régulièrement des pauses toutes les 20 à 30 minutes

✼  Identifier ses sources de distraction : quand tu travailles qu’est-ce qui va te faire sortir de ton travail ? qu’est-ce que tu peux faire ?

Il existe des applications (par exemple rescue time ou selfcontrol) qui bloquent l’accès à certains sites internet pendant une durée choisie.

L’ado peut de lui même se procurer ces logiciels et se bloquer l’accès pendant un temps qu’il aura lui même défini pour travailler.

✼  L’inviter à établir un contrat personnel en prévoyant sa propre récompense à l’atteinte de son objectif. On est bien d’accord, c’est le jeune qui se fixe son objectif et sa récompense. Vous pouvez en revanche l’accompagner, s’il le souhaite, dans l’établissement de son contrat et le féliciter s’il tient son engagement envers lui même.


CONCLUSION

Mon ado ne se met pas au travail, qu’est-ce que je lui dis ?

Vous l’aurez compris utiliser la manière forte comme les menaces, les punitions, les récompenses ne sert à rien sur le long terme.

Et surtout cela n’incite pas l’ado à avoir une attitude responsable et autonome vis à vis de ses apprentissages.

Tout l’enjeu pour le parent est de trouver le juste équilibre. La juste place entre le fait d’être présent, copilote et de laisser le jeune faire ses choix.

Je suis convaincue que la clé pour qu’un ado se mette au travail est l’autonomie et la responsabilisation avec un parent présent et disponible.

Et vous comment faîtes-vous quand votre ado ne veut pas se mettre au travail ? Qu’est-ce qui fonctionne chez vous ? 

N’hésitez pas à venir partager vos pratiques en commentaire, cet article n’en sera que plus riche.

source : Mais qu’est-ce qui l’empêche de réussir de Jeanne Siaud-Facchin – La discipline positive pour les adolescents de Jane Nelsen et Lynn Lott – Pour des ados motivés de Charles Martin-Krumm et Ilona Boniwell

Si vous aimez, partagez !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *